logo

Golf GTI – Golf GTD, mini bolides sur circuit

Modèles essayés : Golf GTD 184 / Golf GTI 220 / Golf GTI Performance 230

Quel meilleur modèle pour une première fois sur circuit (et qui plus est, au Castellet) que la mythique Golf GTI ? La Golf c’est toute l’histoire de Volkswagen, l’une des voitures les plus vendues du constructeur Allemand et qui en est aujourd’hui à sa septième déclinaison. La GTI, version sportive (mais néanmoins chic) de cette dernière a été lancé en 1975 et en est aujourd’hui, comme la Golf, à sa septième déclinaison.

Je n’avais donc jamais eu l’occasion de conduire sur circuit. Jusqu’il y a quelques semaines.
Martin (que je ne remercierai jamais assez) m’appelle pour m’expliquer qu’il devait se rendre au Castellet pour tester sur piste donc, la nouvelle mouture de cette Golf GTI (et GTD, ne l’oublions pas) mais qu’un empêchement le contraint à rester sur Paris. Evidemment, que je suis interessé et ravi de le remplacer pour représenter Blog en Bois.

8h, rendez-vous place de la Concorde, devant le siège de la FIA (c’est un signe !) avant de nous rendre à Orly direction Marseille !
Les Golf sont là et nous attendent… On a le choix : Golf GTD, GTI et GTI Performance, toutes disponibles en boite manuelle ou auto.

On retrouve tous les éléments qui ont fait de cet engin un vrai mythe : la sellerie écossaise, les petits logos parsemés un peu partout sur la carrosserie et dans l’habitacle… et le fameux pommeau de levier de vitesse (pour les versions manuelles) façon « balle de golf ».

Histoire de prendre plaisir progressivement, on attaque par la plus sage pour se rendre jusqu’au Castellet : la Golf GTD 184 (en boite manuelle). La bête s’appréhende facilement et malgré le diesel, la GTD fait déjà un joli bruit (ça ne présage que du bon pour sa cousine GTI).

Arrivé au Castellet, on s’installe au bord du HTTT (High Tech Test Track), une petite boucle inaugurée il y a peu, juste à côté du circuit principal. Après un petit briefing de base, on prend en main les différentes versions : GTI 220 d’abord. Je suis content de ne pas être seul dans la voiture et d’être accompagné d’un formateur pour mieux appréhender la piste et la voiture… joueuse, très joueuse.
La voiture ne demande que ça ; partir. Les sensations sont là (je ne suis pas objectif et n’ai aucun élément de comparaison avec un autre modèle sur circuit, donc ce n’est pas évident de juger).

On enchaîne avec la GTI Performance. Performance = 10ch de plus, un blocage de différentiel d’essieu avant et des disques de freins 17 pouces à l’avant et à l’arrière (agrémentés d’un petit logo GTI en blanc sur rouge). Et sur circuit, on ressent quand même la différence : la motricité est accrue par rapport à la 220. On ressent cette différence sur circuit… Au quotidien, les nuances doivent rester plus subtiles.

Et on finit avec la GTD (sur piste). Evidemment, moins agile et surtout moins puissante, la GTD se montre plus « urbaine ». Et surtout plus sobre. Elle est aussi un peu plus discrète que la GTI qui reste quand même l’une des compactes sportives les plus civilisées (comparée à une Megane RS par exemple qui joue a peu près dans la même catégorie). Elle semble être le bon compromis pour prendre part au mythe sans forcément se ruiner.

Golf GTI #1

Golf GTI #2

Golf GTI #4

Golf GTI #3

Golf GTI #5

Evidemment, le retour sur route jusqu’à Marseille est un peu compliqué. On a envie (très très envie) de pousser la voiture… Hélas, on n’est plus sur circuit :/

___
+ On aime 
:  le mythe et toute l’histoire présente dans cette voiture / la discrétion des attributs sportifs / le prix plutôt raisonnable pour ce genre d’engins
 On regrette :  on cherche encore…

Merci à Martin, Michael et Benoit et à Volkswagen France pour cet essai (et cette première fois).

Tombé dans une caisse de Majorette® (les voitures, pas les filles) quand j'étais tout petit, je suis passé à l'échelle 1/1 en grandissant. Frustré quand je suis passager, j'aime conduire, surtout les voitures de papa. Et sinon dans la vraie vie, je suis community manager dans une agence qui élève aussi des kangourous.
  1. Jup Répondre

    Hâte de la tester également. Par contre, j’comprends pas comment VW s’entête à faire une Golf R et ne pas tout donné sur la GTI…

    Dans les moins, tu peux mettre que c’est le même chassis de base que les autres Golf (quoi que au dessus de 150ch, c’est un multibras à l’arrière) et qu’un 4motion (Système Haldex) aurait été plus sympa pour exploiter sur le mouillé :)

    Vivement le test du T5 ;)

    • Florian Répondre

      Le T5 arrive bientôt mais laisse moi le temps de bien le prendre en mains :)

      Ouai, je ne sais pas quel est l’objectif dans le fait de quand même produire une version R. Peut-être tout simplement la volonté de créer une gamme sportive (chose difficilement applicable au GTI puisque ça reste quand même le mythe de la Golf), étant donné que le Sirocco est lui aussi dispo en R.
      A voir lors de sa sortie :)

Répondre à Jup Annuler la réponse.

*

captcha *