logo

Twingo souffle ses 20 bougies

Twingo… Longue histoire pour une si petite voiture. Une voiture devenue mythique en si peu de temps. Une voiture plébiscitée, aimée, adorée… Une voiture comme peu de constructeurs savent en faire aujourd’hui. Même Renault peine à renouveler son exploit de séduction comme il a su le faire en 1993 en dévoilant la première mouture de la Twingo.

Exploit, parce qu’à sa sortie, tous les regards se sont braqués sur le constructeur au losange. Renault sortait de son chapeau, un véhicule, comme jamais personne n’en n’avait vu. Un petit monocorps osé, simple, joyeux, convivial, avec un regard presque humain. Ce que chacun (conducteur lambda) cherche aujourd’hui quand il achète sa voiture. « A vous d’inventer la vie qui va avec » : n’est-ce pas là une signature géniale pour quiconque ? Un claim que beaucoup cherchent et que Renault a su dégainer comme il le faut.

Pour célébrer les 20 bougies de la petite bouille sympathique de la marque, Renault s’est tournée vers ceux qui sont à l’origine du projet, qui l’ont vu naître, grandir, évoluer pour qu’ils nous racontent son histoire…

Twingo a 20 ans : Comment la petite Renault a vu le jour

Au delà de ça, j’ai une histoire assez personnelle avec la Twingo. Avec Renault en général. En 1993, date de sortie de Twingo, ma mère qui travaillait dans un petit garage Renault de province, roulait en R5 (en Renault 5, oui oui, pas en Supercinq). La version GTL si je ne dis pas de bêtise. Début 1994, vu l’état de corrosion de cette dernière, mes parents sautent le pas et se tournent vers la Twingo. La 2eme collection, puisque oui à ses débuts, la Twingo, telle une figure de mode se déclinait en collection, apportant à chaque nouvelle saison, son lot de nouveaux coloris, accessoires et selleries nouvelles.

Les choix de couleurs étant limités, c’est vers la version « Bleu Cyan » qu’ils se sont tournés. Pas spécialement discret en effet… Mais j’étais plutôt fièr de voir ma mère venir me chercher à l’école avec ce petit monstre. Et 10 plus tard, au moment d’apprendre à conduire, c’est donc sur la Twingo que j’ai bataillé. Ma première voiture en quelques sortes.
Et puis, en 2009, cette géniale connerie idée de prime à la casse l’a gentiment envoyée au cimetière des voitures, à seulement 65 000 kms (et quelques bosses, dont certaines dues à mes débuts en tant que pilote). Elle a donc depuis, été remplacée dans le garage de ma mère par une Twingo 2, beaucoup moins « fun » que celle qui l’a précédé.
Croisons les doigts pour que la « TwinRun » ou « Twinz » soit à la hauteur de la première mouture ;)

La Twingo c’est un peu un amour de jeunesse pour moi. Mon premier amour presque.
Et si comme moi, vous aimez la Twingo, l’association Generation Twingo organise un grand rassemblement pour célébrer les 20 ans de la petite bête les 24 et 25 août prochain. Toutes les infos ici.

via Automotive Marketing 

primark

Tombé dans une caisse de Majorette® (les voitures, pas les filles) quand j'étais tout petit, je suis passé à l'échelle 1/1 en grandissant. Frustré quand je suis passager, j'aime conduire, surtout les voitures de papa. Et sinon dans la vraie vie, je suis community manager dans une agence qui élève aussi des kangourous.

Leave a Reply

*

captcha *