logo

Citroën DS3 Cabrio, chic et sportive

Modèle essayé :  Citroën DS3 Cabrio, 1.6 THP 155 Sport Chic

Partir un week-end, avec des copains pour essayer un cabriolet, quand il fait beau… c’est toujours un plaisir. Pour le temps, quand on décide de partir en Normandie, ce n’est jamais gagné ; mais pour cette fois, on aura eu assez de chance pour pouvoir rouler décapoté une bonne partie du week-end. Après, lorsque l’on vous dit cabriolet, on s’emballe un peu. Si la DS3 est un « cabrio », il ne s’agit pas d’une lubie des responsables marketing de chez Citroën, mais c’est bien qu’il ne s’agit pas réellement d’un cabriolet. La différence est subtile dans le nom, mais pourtant bien notable dans la réalité… Par « cabrio » il faut en effet comprendre « découvrable ». Un peu comme la 2CV à l’époque (on oubliera volontairement l’épisode C3 Pluriel).


Dans les autos d’aujourd’hui, c’est à la Fiat 500 C ou à la Smart Cabrio qu’il faudrait la comparer. D’abord pour son positionnement « urbain premium » mais surtout de par son système de capote en toile qui vient coulisser jusqu’à la malle arrière. Un système qui a ses avantages, comme celui de pouvoir « décapoter » jusqu’à 130km/h pour la DS3 ou bien de profiter du beau temps sans trop souffrir des remous, encore que si vous laisser coulisser la toile jusqu’au bout, à l’arrière, les passagers risquent d’être quelque peu décoiffés (oui on a aussi testé ça).

Un système qui peut également vous amener quelques inconvénients, notamment celui de réduire à néant toute visibilité vers l’arrière une fois la toile repliée sur la malle. Les propriétaires, surtout s’ils circulent en ville, préféreront certainement ne donner que 2 impulsions sur le petit bouton de la capote pour ne replier celle-ci que jusqu’aux places arrières.

En parlant de la malle, on avait pu lire beaucoup de commentaires assez (voire très) négatifs concernant le coffre. Certes l’accès à ce dernier est assez ridicule, cependant sa capacité n’a quant à elle pas à rougir. On a pu rentrer de week-end à 5 avec des bagages pour chacun sans avoir à forcer pour fermer le petit coffre, à la cinématique si particulière qu’il en deviendrait presque « mignon ». Préférez plusieurs petits bagages qu’un gros et tout ira bien. Petit bémol quand même, si la capote est repliée jusqu’au bout, celle-ci se relèvera automatiquement pour vous laisser l’accès au coffre… mais ne reviendra pas en position initiale une fois celui-ci refermé. Un détail.

Du point de vue de la conduite, la DS3 est joueuse… très joueuse. Il faut dire qu’on avait en notre possession, le petit 1,6 THP de 155ch. Autrement dit, le moteur le plus puissant de la gamme si on met de côté la version R, équipée elle aussi de ce 1,6 THP mais poussé cette fois à 200ch. La DS3 équipée de ces 155ch n’est, initialement, pas une voiture à vocation sportive… elle n’en possède d’ailleurs aucun attribut stylistique excepté sa double sortie d’échappement.

Ce petit 4 cylindres poussé à 155ch avec cette boite méca à 6 rapports fait des miracles. Son poids n’y est évidemment pas pour rien, puisque la DS3 Cabrio pèse à peine 1 100 kg (tout juste 25kg de plus qu’une DS3 classique, et ce grâce à un mécanisme de toile très simple).

Sur autoroute, vous avalez les kilomètres comme au volant de n’importe quelle grande routière. Petit bémol quand même, en montant dans les tours, vous risquez d’avoir l’impression que la direction s’assouplit un peu trop. Un peu déroutant au début… C’est sur route sinueuse que vous vous amusez comme si vous aviez un kart entre les mains. Même si sa boite a tendance à manquer de précision, et que l’on bute quelques fois entre deux rapports, c’est la son vrai terrain de jeu, et c’est sur ce genre de parcours que la DS3 révèle au grand jour tout son potentiel de petite bombinette.

Oubliez donc les nationales ou autres longues lignes droites, emmenez la en altitude, franchir des cols de montagnes et vous aurez là la meilleure combinaison de jeu pour tirer profit de cette DS3 Cabrio et de son THP 155.
Ca nous rappellerait presque certaines manches du WRC. Mais au fait, il roulait en quoi Sebastien Loeb déjà ? :)

Dans l’habitacle, puisque nous avions à disposition le THP 155, nous avions également le top côté finition, puisque c’est la version Sport Chic que nous avons pu essayer. Excepté certaines fonctions et leur utilisation peu aisée (on pensera notamment au GPS et à sa petite molette, pas forcément très bien située), rien à redire côté équipement ; intérieur cuir, sièges chauffants, pré-équipement bluetooth… On est bien dans une citadine premium qui n’a rien a envier à une MINI ou autre Fiat 500.

Citroën DS3 Cabrio _ flat-out.fr 1

Citroën DS3 Cabrio _ flat-out.fr 3

Citroën DS3 Cabrio _ flat-out.fr 7

Citroën DS3 Cabrio _ flat-out.fr 2

Citroën DS3 Cabrio _ flat-out.fr 5

Citroën DS3 Cabrio _ flat-out.fr 6

Citroën DS3 Cabrio _ flat-out.fr 4

___
+ On aime 
: la reprise qu’offre le THP 155 qui en a sous le capot et qui permet de pousser la DS3 assez loin dans les rapports / le fun de cette voiture / le plaisir de rouler cheveux aux vents / la possibilité de capoter-décapoter jusqu’à 130km/h
 On regrette : la direction qui a tendance à devenir un peu trop souple à vitesse élevée / la boite qui manque un peu de précisions / l’ergonomie de l’habitacle et le manque de visibilité une fois la toile totalement repliée

Un grand merci à Citroën pour le prêt de la voiture.

Tombé dans une caisse de Majorette® (les voitures, pas les filles) quand j'étais tout petit, je suis passé à l'échelle 1/1 en grandissant. Frustré quand je suis passager, j'aime conduire, surtout les voitures de papa. Et sinon dans la vraie vie, je suis community manager dans une agence qui élève aussi des kangourous.

Leave a Reply

*

captcha *