logo

Renault Laguna Coupé MonacoGP. Polyvalence racée.

Modèle essayé : Renault Laguna Coupé Monaco GP, 1.5 dCi 110 EDC

Ah, la Laguna. Voiture de mon papa depuis maintenant plus de 15 ans, fabriquée à quelques kilomètres de « chez moi », à Sandouville. On a tissé une véritable histoire tous les deux. Histoire d’amour, je ne sais pas… Lorsque Renault a dévoilé la 3ème mouture de sa berline familiale, les retours ont été relativement mitigé. Le design quelque peu « froid » n’a pas forcément convaincu. Moi le premier d’ailleurs… Et pourtant.

Certes à l’extérieur la berline et sa déclinaison Estate (aka le break) n’ont pas fait l’unanimité, en revanche, l’habitacle… que pouvait-on lui reprocher ? Une qualité de finition parfaite, dans les standards premium, des matériaux de qualité, comme très souvent chez Renault, et un design relativement minimaliste mais ergonomique et pratique à l’usage.Et puis, Renault a dévoilé en 2008 une version coupé de sa Laguna. Peugeot avait longtemps eu le monopole (chez nous Français) avec sa 406 puis 407 coupé, déclinaisons qui avaient largement séduites, mais qui ont été abandonné depuis.

Alors depuis sa sortie en 2008, la Laguna Coupé n’a subit qu’un léger petit lifting, que seul un oeil averti remarquera : des feux à Leds à l’avant et à l’arrière et de nouveaux dessins de jantes. Rien de plus.

En même temps, pourquoi changer une voiture qui plaît ? Parce que oui, même s’il ne se vend pas de Laguna Coupé toutes les 5 minutes, contrairement à la berline, la Laguna Coupé plaît et séduit. En tout cas, elle ne laisse personne indifférent. De mon côté, c’est sa silhouette et son « cul » (oui encore) qui me plaisent réellement.

Parce que oui, la Laguna Coupé est racée. Elle n’a peut-être rien d’une sportive (sous le capot notamment), mais elle dégage une certaine prestance : une certaine idée du « premium à la française ».

La finition MonacoGP que nous avions en essai lui va d’ailleurs à merveille et vient relever un design lui aussi simple et relativement épuré mais en même temps plutôt affirmé : à l’extérieur, une peinture blanc nacrée, agrémentée de quelques touches de noir (rétroviseurs, jantes 18″ et toit) et quelques petits badges par-ci par-là ; à l’intérieur, une sellerie en cuir noir avec surpiqures blanches et broderies MonacoGP sur les sièges, le tout surmonté d’une console blanc laqué. Simple, mais du plus bel effet.

Essai_Laguna_Coupe_MonacoGP_flat-out.fr-4

Essai_Laguna_Coupe_MonacoGP_flat-out.fr-9

Essai_Laguna_Coupe_MonacoGP_flat-out.fr-5

Parlons motorisation maintenant.
Parce que oui, sur le papier c’est là que la bas blesse. La Laguna Coupé n’est disponible qu’en motorisations Diesel allant de 110 à 175 ch. Le dCi 110 agrémenté de la boite EDC (il s’agit d’une boite auto à double embrayage de dernière génération que Renault propose depuis maintenant quelques temps et qui s’avère plutôt efficace dans tous types de circonstances) est celui dont nous disposions pour notre essai.

Soyons honnêtes, lorsque j’ai demandé à essayer cette Laguna Coupé, et que l’on m’a annoncé la version que je pourrais prendre en main, j’ai un peu déchanté. J’étais déçu. Prendre la route au volant d’un coupé… diesel de seulement 110 petits chevaux ? Mais pourquoi ? Pourquoi Renault as-tu abandonné le fougueux V6 dCi 240 ? Parce que oui, un V6 de 240 ch c’est ce que l’on peut attendre pour animer ce genre de voiture… En même temps, il n’existe plus, alors la question ne s’est pas posé, et le dCi 110, c’est ce qu’on m’a proposé alors j’ai accepté. J’ai accepté en me disant qu’à défaut d’avoir « une voiture qui va vite », j’aurais une jolie voiture.

En fait, c’est potentiellement le moteur qu’il lui faut.
Oui parce que je parlais du fougueux V6 dCi, mais c’était bien là son problème. Trop fougueux. Trop fougueux pour le porte monnaie surtout, et surtout par les temps qui courent.

Essai_Laguna_Coupe_MonacoGP_flat-out.fr-11  Essai_Laguna_Coupe_MonacoGP_flat-out.fr-28

Alors certes ce dCi 110 n’est pas un foudre de guerre, évidemment.
Mais la Laguna n’a pas rougir sur autoroute, elle s’en sort même très bien.

Une vraie voiture polyvalente, qui plus est avec cette boite EDC. Une boite assez miraculeuse, très bien étagée et surtout très fluide à l’usage.

Au final, cette motorisation se révèle sobre, économe mais surtout assez discrète.
Sobre et économe, parce que oui, (même moi) je n’ai pas dépassé la moyenne des 6L/100km durant le week-end d’essai, où j’ai parcouru près de 700 kms, d’autoroutes et de nationales… et près de 3h passées dans les bouchons (merci les chauffeurs de taxi de m’avoir permis de profiter un peu plus du confort de l’habitacle et de la boite EDC de ma Laguna). Discret parce que même à 130 sur autoroute, on ne l’entend presque pas. Et puis le système audio Bose qui équipe la Laguna Coupé est tellement parfait et tellement efficace qu’on ne fait plus attention aux éventuels bruits moteur :)

Essai_Laguna_Coupe_MonacoGP_flat-out.fr-22  Essai_Laguna_Coupe_MonacoGP_flat-out.fr-53

A conduire, la Laguna Coupé s’avère très confortable. Les multiples réglages de la colonne de direction et de l’assise permettent de se positionner très correctement (bien qu’on reste sur une position relativement haute… pour un coupé) pour prendre le volant. Les sièges légèrement creusés à l’arrière offrent une véritable bonne assise aux passagers et les longs trajets ne deviennent pas effrayants (comme ça peut-être le cas dans ce genre de voiture) bien que cependant, vous ne puissiez voyagez qu’à 4. Y’a surement moyen de mettre le 5ème dans le coffre, plus qu’honorable pour un coupé 4 places (bon reste à choisir entre les bagages ou le 5ème) :)

Et puis côté « infotainment », Renault a équipé sa Laguna Coupé de son fameux système R-Link qui n’est plus à présenté mais qui permet d’upgrader l’équipement du véhicule (on pense notamment au Coyote -même s’il parle des fois beaucoup trop ce petit animal).

Essai_Laguna_Coupe_MonacoGP_flat-out.fr-49  Essai_Laguna_Coupe_MonacoGP_flat-out.fr-40

Essai_Laguna_Coupe_MonacoGP_flat-out.fr-31

Pour résumer, le plaisir a vraiment pris le dessus au cour de cet essai. Equipée de ce 1.5 dCi 100, la Laguna Coupé s’avère être une vraie voiture polyvalente. Elle est certes, loin d’être une sportive, mais elle fait plaisir aux yeux sans ruiner son propriétaire. Et ses arguments sont là.

___
+ On aime 
: son style et son design quasiment intemporel qui continue de plaire et de séduire / sa sobriété et son rapport économique à l’usage / son confort de conduite, tant niveau prise en main par sa polyvalence que par le traitement qu’elle réserve à ses occupants
 On regrette : un moteur au régime peut-être un peu mou… suffisant, mais peut-être un peu en dessous des attentes qu’on pourrait avoir de ce genre de modèle / que Renault ne la mette pas plus en avant et ne lui laisse pas plus sa chance…

___
Plus de photos :

Merci à Renault pour le prêt et la belle découverte.

Tombé dans une caisse de Majorette® (les voitures, pas les filles) quand j'étais tout petit, je suis passé à l'échelle 1/1 en grandissant. Frustré quand je suis passager, j'aime conduire, surtout les voitures de papa. Et sinon dans la vraie vie, je suis community manager dans une agence qui élève aussi des kangourous.

Leave a Reply

*

captcha *