logo

Volvo XC90 Signature Edition. Belle révérence.

Modèle essayé : Volvo XC90, D5 Geartronic, Signature Edition

Pourquoi essayer un véhicule sorti il y a plus de 10 ans me direz-vous ? Parce que oui, le XC90 est sorti en 2002 et n’a subi qu’un léger restylage en 2006 au cours de sa carrière. Mais cette année, est aussi la dernière année de vie du XC90… en l’état du moins. Volvo prépare en effet une grosse nouveauté pour la fin d’année, pour remplacer son SUV.  Une grosse surprise dont nous avons déjà aperçu l’ébauche à travers le XC Coupé concept lors du salon de Détroit en début d’année.

Pour faire perdurer son modèle jusqu’à la fin de l’année, mais aussi et surtout pour lui dire un dernier au revoir, Volvo a concocté une petite série spéciale nommée « Signature Edition ». Cette ultime édition en guise de révérence repose sur la version R-Design, finition sportive de la gamme dont il reprend les différents éléments de style ; sabot de protection avant, bas de caisse, coques de rétroviseurs et  double sortie d’échappement couleur alu, jantes alliage 19 pouces, vitres arrière surteintées et phares directionnels double Xénon.

A cela, viennent s’ajouter de nombreux équipements très très premium : système de navigation avec info-trafic en temps réel et un ensemble multimédia comprenant deux écrans LCD 8″ (intégrés dans les appuis-tête avec casques et télécommande), le système audio Volvo Premium Sound (ampli, caisson de basses…), des bornes audio individuelles aux places arrière, le toit ouvrant électrique, les sièges avant chauffants…
Une dotation en équipement très riche donc, qui permet au XC90 de ne pas rougir face à la concurrence Allemande.

Côté motorisation, pas de changement pour cette Signature Edition, puisque le XC90 est animé par bloc diesel D5 de 200 ch couplé à la transmission intégrale AWD et associé à la boîte automatique Geartronic 6 rapports. Efficace.

Alors oui, on a voulu essayer ce XC90, pour apprendre le connaître avant de devoir lui dire au revoir.
J’aime Volvo, ce n’est plus à prouver. Et j’aime les « grosse » voitures. Ce n’est plus à prouver non plus. Et j’ai toujours aimé la ligne du XC90… Une ligne sans fioritures certes mais qui a permis au XC90 de plutôt bien vieillir. De l’extérieur, son design ne trahit pas son « vieil » âge. Une fois à l’intérieur, c’est la même chose ; son confort et son niveau d’équipement restent en phase avec les standards du marché… avouons quand même que l’ergonomie de certains équipements « d’infotainment » souffre de la comparaison avec celle de ses rivaux. Pensons au système de navigation rétractable et activable à l’aide d’une télécommande. Un peu obsolète, il faut l’admettre.

 

Essai_Volvo_XC90_Signature_flat-out.fr-40

Essai_Volvo_XC90_Signature_flat-out.fr-68   Essai_Volvo_XC90_Signature_flat-out.fr-73  Essai_Volvo_XC90_Signature_flat-out.fr-75

Au démarrage, le poids du monstre se fait sentir. Il faut appuyer. Appuyer fort pour lancer ce XC90. Il se traine un peu mais finit par se laisser porter. Un vrai navire de croisière. Evidemment, ce SUV est bien plus à l’aise sur autoroute, où il faut office de très bonne routière familiale avec ses 7 places, avec un confort hors-pair, des suspensions douces et agréables, une position de conduite idéale…

Evidemment, personne n’est parfait, pas même une Volvo (ça me fait presque mal de dire ça), et le XC90 reste un peu plus aléatoire niveau freinage, un freinage qui peut paraître un peu léger au départ, limite déroutant… Il faut quand même penser à stopper ce morceau. Autre point, et encore une fois, le gabarit n’y est pas pour rien, au niveau de la direction qui offre un rayon de braquage quand même un peu limité. Evitez les centre-villes. En même temps, on s’en doutait mais ce n’est pas son terrain de jeu favoris.

Essai_Volvo_XC90_Signature_flat-out.fr-35  Essai_Volvo_XC90_Signature_flat-out.fr-12  Essai_Volvo_XC90_Signature_flat-out.fr-8

200ch pour animer ce XC90 Signature Edition, c’est suffisant. Il n’aurait quand même pas fallu moins. Mais cette motorisation, couplée à la boite Geartronic à 6 rapports permet au XC90 de proposer une consommation relativement contenue, aux alentours de 10L/100km lors de notre week-end… ce qui n’est pas vraiment le cas des émissions de CO2 (bonjour le malus de 6 000€). Pour information, le Volvo XC90 Signature Edition s’affiche à 62.850€, soit 4.750€ de plus que la « simple » finition R-Design sur laquelle il repose.

L’intérêt de ce Volvo XC90, c’est qu’il offre une réelle alternative aux « traditionnels grands » que ce sont les BMW X5, Mercedes ML ou autre Audi Q7. Une alternative plus économique qui vous permet de rouler « différent ».
Le « problème » s’il en est un reste son âge au véhicule, qui handicape le XC90 sur le plan des équipements proposés habituellement chez Volvo, notamment les équipements de sécurité (airbag piéton de la V40, alertes d’angles-morts…).

Essai_Volvo_XC90_Signature_flat-out.fr-69

Essai_Volvo_XC90_Signature_flat-out.fr-32

Clairement, la finition R-Design et donc cette Signature Edition donne au XC90 une allure chic, sportive et ultra racée… et sans parler de ce « Bleu Caspien »… du plus bel effet.

Bref, on a découvert le XC90 et on l’a aimé. On est presque triste qu’il s’en aille déjà… et en même temps, on sait que Volvo frappera encore fort, avec un modèle encore plus réussi à la fin de l’année. Alors vivement ;)

___
+ On aime 
: son confort / la position de conduite / la consommation modérée / l’alternative que propose Volvo aux 3 « grands » du marché / le charme du XC90 qui n’a pas pris une ride (si on ne parle pas de l’obsolescence de certains équipements…)
 On regrette : certains équipements, bien que surement très corrects à l’époque, un peu dépassé aujourd’hui… le GPS avec télécommande par exemple / les 200ch, un peu juste au démarrage qui nécessitent d’appuyer fort, très fort pour lancer le XC90 / la direction… vraiment vraiment juste et qui complique les manoeuvres (déjà rendues compliquées par les dimensions)

___
Plus de photos :

Tombé dans une caisse de Majorette® (les voitures, pas les filles) quand j'étais tout petit, je suis passé à l'échelle 1/1 en grandissant. Frustré quand je suis passager, j'aime conduire, surtout les voitures de papa. Et sinon dans la vraie vie, je suis community manager dans une agence qui élève aussi des kangourous.